Voilà presque maintenant une année entière qui s’est écroulée depuis la fameuse grève des étudiants de la faculté des sciences juridiques.

Mais le syndrome « FSJPST » perdure-t-il encore ?

A-t-on avancé depuis ?

Diagnostic d’ensemble

Cette effervescence, aujourd’hui presque oubliée, a mis au grand jour les faiblesses « chroniques » dont souffre la structure sociale dans laquelle on évolue à l’université. Des faiblesses qui au grand dam de l’étudiant, mettent en péril non seulement son développement personnel mais aussi son aptitude et sa disposition à être le citoyen de demain.

Tant de chances gaspillées, tant de temps perdu, trop de débats jamais finis, trop de mots jamais prononcés…

Mais surtout moins de leadership, et plus de monopole : monopole de l’information, monopole de la parole, monopole de la parole juste, monopole du discours légitime…

Passivité chronique

individualisme.jpg

L’étudiant normal peine, dans ce contexte, à trouver sa « voix », à s’exprimer pleinement sans autocensure quelconque. Car il choisit dans la plupart du temps de fondre dans le paysage, d’adopter une pensée trop « mainstream » pour ensuite se conformer à la masse, et assurer sa survie dans cet ensemble social aux structures archaïques.

Mais par-dessus tout, l’étudiant peine à trouver la « voie » pour initier un vent de changement, donner un nouveau souffle et une nouvelle dynamique à ses structures et donc au paysage estudiantin en général.

L’enjeu le plus considérable est que les défaillances observées au niveau de la vie sociale estudiantine ne sont rien d’autre qu’une miniature pure et simple de la société elle-même, de cette grande masse « silencieuse » abstentionniste et indifférente.

Il faut que chacun contribue dans la réappropriation de l’espace public.

Prémices riches en promesses

Depuis l’année dernière, plusieurs nouveaux clubs ont vu le jour. Une explosion du paysage estudiantin qui traduit cette volonté de s’organiser, de s’affirmer, et d’assurer à la fois pluralité et pluralisme.

Mais ce n’est que la première phase d’une longue transition car beaucoup reste encore à faire en particulier instaurer les outils favorables à une participation inclusive, assurer une coordination et une harmonisation des efforts déployés par les différents acteurs.

Juridic Times s’inscrit dans cette optique.

Ouvert, collaboratif et conduit par les étudiants

juridic-times-plume-final

C’est un blog estudiantin collaboratif exclusivement tenu « par » les étudiants « pour » les étudiants.

Nous avons pour objectif de

  • devenir une plateforme de débat.
  • Promouvoir l’implication et l’engagement des étudiants.
  • Encourager les initiatives estudiantines.

Un appel à la créativité de chacun

Le plus impératif est de s’habituer à la confrontation pacifique des idées et des arguments, ensemble avec une vision analytique et critique permettant de faire primer la rationnel sur le subjectif.

Nous soutenons également une revalorisation de l’écriture comme moyen incontournable d’expression de soi et de transmission des idées et opinions personnelles. L’équipe de base étant répartie par conséquent en trois pôles linguistiques pour faire représenter respectivement l’Arabe, le Français et l’Anglais de la manière la plus équitable possible.

Ce projet reste ouvert ! N’hésitez pas à commenter, critiquer, à débattre et surtout à nous contacter pour partager vos propres productions.

Les examens sont terminés, et on arrive enfin nous les étudiants de la « Juridique » à tourner la page du premier semestre et avec lui tout 2016. Voilà donc une nouvelle année qui s’annonce pleine de promesses et surtout de nouveautés.

Vous voulez du nouveau ? Du nouveau vous l’aurez !

Advertisements