La faculté des Sciences Juridiques Politiques et Sociales de Tunis a accueilli durant cette semaine un colloque relatif à la décentralisation en Tunisie. Permettant ainsi une étude analytique et critique des différentes dispositions du projet de Code des Collectivités Locales.

Le colloque, tenu pendant deux jours, a été le fruit d’une collaboration qui a inclus l’association des Sciences Administratives, l’association Tunisienne de Droit Constitutionnel et le Democracy Reporting International, avec l’appui du ministère des Affaires étrangères de la République Fédérale d’Allemagne.

En considérant les enjeux majeurs derrière la question de la décentralisation, et l’urgence du besoin d’amorçage du processus d’implantation de ces nouvelles institutions. Les différents intervenants ont abordé plusieurs aspects de la question, allant de la perspective purement juridique, aux dimensions politiques et surtout financières de la question.

Soulignant surtout les éventuelles obstructions dont pourra faire face la « mise en œuvre » de ces réformes, dont le coût s’avère élevé, et qui coïncide avec une véritable « crise des finances publiques » Tunisiennes. Approximativement 95% des autorités locales aujourd’hui sont dans une « situation financière catastrophique » selon le professeur Naji Baccouche qui a participé à l’élaboration du projet de code.

Advertisements